Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Toucher le RSA n'empêche pas les jeunes de tra...

Toucher le RSA n'empêche pas les jeunes de travailler

En France, le RSA et son ancêtre le RMI ont toujours été soupçonnés de démotiver les jeunes à travailler. Une étude de l’INSEE met à mal ces idées reçues.

27 Septembre 2012 à 14h50 | | 0 avis

Toucher le RSA n'empêche pas les jeunes de travailler

Une étude de l’INSEE

Le Revenu de Solidarité Active (RSA) n’aurait donc aucun impact sur le taux d’emploi des jeunes. Telle est la conclusion de l’étude de l’INSEE concernant la motivation des jeunes à chercher un emploi. L’argument qui consiste à dire que le RSA diminue la motivation des jeunes à chercher un emploi faiblement rémunéré, puisque l’intérêt financier est réduit, est démentie par les données recueillies par deux chercheurs.

Olivier Bargain, de l’université d’Aix-Marseille, et Augustin Vicard, de l’INSEE, ont comparé le taux d’emploi des jeunes de 24 ans avec celui des jeunes de 25 ans entre 2004 et 2011. Le RSA n’étant accordé qu’à partir de 25 ans, le taux d’emploi devrait être plus faible à partir de cet âge-la. Ce qui n’a pas été le cas.

Pour leur étude, les deux chercheurs se sont uniquement intéressés aux célibataires sans enfants, les parents bénéficiant du RSA étant dans une plus grande précarité. De plus, les bénéficiaires du RSA jeunes ont été exclus car ils sont trop peu à en bénéficier (8000 personnes en 2011).


Une légère différence concernant les moins diplômés

Parmi les jeunes possédant un diplôme supérieur au BEP et au CAP, aucune rupture dans les taux d’emploi au passage des 25 ans n’apparaît. Par contre, pour ce qui concerne les jeunes n’ayant pas de diplôme au-delà du Brevet des Collèges, on note une légère différence entre 24 et 25 ans. 2 à 3,4% de ces personnes sont découragées de travailler. Rien de très significatif donc. Cette différence disparaît même en 2009, lors de la mise en place du RSA qui a permis de cumuler activité partielle et maintien de la rémunération.


France et Luxembourg : les exceptions européennes

Pour avoir droit à un revenu minimum en France, il faut donc attendre ses 25 ans, sauf si la personne a la charge d’un enfant. Cette situation n’existe qu’en France et au Luxembourg. Dans certains autres pays, les jeunes peuvent bénéficier du revenu minimum garanti à leur majorité, s’ils n’habitent plus chez leurs parents et ne sont plus étudiants (en Allemagne, Autriche, Portugal, Suède, Royaume-Unis et Irlande).Dans d’autres pays encore, les conditions d’obtention du revenu minimum sont encore plus larges comme c’est le cas au Danemark, aux Pays-Bas et en Finlande.

La situation française va peut-être évoluer au vu des résultats de cette étude qui démontre donc que les arguments utilisés jusqu’ici pour refuser ce revenu aux moins de 25 ans ne se base pas sur des faits.

 

Crédit photo: © alessandrozocc - Fotolia.com

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis