Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

USA : être diplômé ne garantit pas un bon sa...

USA : être diplômé ne garantit pas un bon salaire

Aux Etats-Unis, le diplôme n’est plus une garantie de bon salaire. Selon une étude, ce sont les étudiants les plus riches à qui un diplôme profite tandis que les autres ne voient pas leur diplôme leur offrir une vraie plus-value salariale. C’est ce que nous révèle un article du Figaro Etudiant.

28 Décembre 2012 à 15h15 | | 0 avis

USA : être diplômé ne garantit pas un bon salaire

Inégalités des salaires

C’est une étude du cabinet Reuters qui le démontre, aux Usa, seuls les étudiants les plus riches tirent des bénéfices de leur diplôme. Pour les autres, issus de la classe moyenne ou défavorisée, la crise frappe et les diplômes ne les en protègent plus.

Aux Etats-Unis, où le mérite et le travail font partie de tout ce qui fait le rêve américain, ce chiffre peut surprendre. La volonté était de faire de l’Education un « égaliseur de la nation » et un moyen pour tous d’atteindre son but. Ce n’est plus le cas. Même si en 20 ans, le nombre d’élèves issus des classes les moins favorisées et allant à l'université a augmenté de presque 10%, leurs salaires ont eux baissé de 10,6%. En comparaison les jeunes diplômés issus de familles aisées ont vu leur salaire augmenter de 17%.


Différences entre universités

Si les différences de salaire sont si élevées entre deux personnes ayant le même diplôme mais venant de milieux sociaux différents, c’est surtout lié aux niveaux des universités. En effet, selon ses moyens, un étudiant américain peut s’offrir une université d’élite ou d’Etat. Mais l’argent n’est pas la seule barrière à l’accession de jeunes moins favorisés à ses établissements cotés, il y a aussi les tests d’admission. Un chiffre illustre bien ce problème : dans les écoles des quartiers les plus favorisés, les scores sont de 600/800 tandis que dans celles plus défavorisées, ils ne dépassent pas 470/800. La faute à une meilleure préparation dès l’école maternelle pour ceux qui peuvent se l’offrir.

Souvent donc, les jeunes avec de meilleurs diplômes obtiennent un meilleur salaire et ceux qui sont diplômés d’une université moins prestigieuse finissent avec un salaire moins élevé et une dette énorme sur le dos.

 

Crédit photo: © drivepix

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis