Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Les universités québécoises n'auraient pas ...

Les universités québécoises n'auraient pas été sous-financées

C’est sur cette base de sous-financement des universités québécoises que le gouvernement Charest a voulu augmenter les droits de scolarité. Or, une étude remettant en question cette théorie était connue du gouvernement. C’est ce que révèle un article du site lapresse.ca.

12 Novembre 2012 à 11h32 | | 0 avis

Les universités québécoises n'auraient pas été sous-financées

1 625 dollars d’augmentation pour compenser un sous-financement

Le Québec sort seulement de plusieurs mois de crise due à l’augmentation, de 1625 dollars en 5 ans, des frais de scolarité voulue par le gouvernement Charest. La raison de cette augmentation ? Les universités québécoises seraient sous-financées. Néanmoins, une étude du Bulletin statistique de l’éducation qui a été entre les mains du gouvernement remet en cause ce sous-financement.

Selon cette étude de mars 2011, les universités québécoises ne sont pas forcément sous financées par rapport au réseau universitaire des autres provinces canadiennes. Le rapport de 21 pages se conclut ainsi « Selon divers indicateurs, l’effort financier du Québec pour ses universités est plus important que dans la moyenne du reste du Canada ». Ce rapport se base sur les chiffres de l’année 2008-2009.


Ces chiffres doivent être pondérés avec le coût de la vie et le PIB

Selon cette étude, pour comparer le financement des universités, il ne faut pas uniquement se baser sur les revenus et les dépenses ;  le coût de la vie et le PIB doivent également être pris en compte. En effet, si l’on calcule les dépenses globales en éducation par rapport au PIB, le Québec devance de 1,96% la moyenne canadienne. De plus, la proportion de Québécois qui vont à l’université est supérieure à la moyenne nationale, ils sont 29,2% contre 28,4% dans tout le Canada.

Une des autres raisons du taux plus élevé de dépenses par étudiant est aussi liée aux différences structurelles du système d’éducation. En effet, au Québec, il y aurait « plus d’étudiants inscrits dans des secteurs disciplinaires plus coûteux et aux cycles d’études universitaires supérieurs ».

Le gouvernement Charest aurait donc pris la décision d’augmenter les frais de scolarité en ne prenant pas en compte tous les paramètres. Tous ces mois de crise et les nombreuses manifestations étudiantes auraient peut-être pu être évités si cette étude avait été prise en compte.

Source: Lapresse.ca

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis