Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Témoignage : "Non, ingénieur ne veut pas dire...

Témoignage : "Non, ingénieur ne veut pas dire geek !"

François suit une formation d'ingénieur généraliste en NTIC, domaine qu'on peut qualifier de "geek". Il nous donne son avis sur cette idée récurrente selon laquelle les élèves ingénieurs seraient majoritairement des geeks et nous explique d'où vient ce préjugé selon lui. 

15 Juillet 2013 à 14h40 | | 1 avis

Témoignage :

>> Revenir au dossier "Les élèves ingénieurs sont-ils tous geeks ?"

Tout d'abord, quel est votre parcours ?

  • 2009 :  BAC STI Génie Electronique (Mention TB)
  • 2009 - 2011:  CPGE TSI 2011 - 2014:  Diplôme d'Ingénieur @ Telecom ParisTech.
  • 2011 - 2012:  Campus Paris (1ère année sans spécialité, acquisition d'une solide base de connaissance en NTIC)
  • 2012 - 2014 : Campus Sophia-Antipolis EURECOM (Cours dispensé entièrement en anglais, plus de 60% d'étudiants étrangers dans la promotion)

Quelle définition donneriez-vous au terme "geek" ?

Geek technophile, généralement doué/débrouillard en informatique. Mais ce n'est pas forcément la personne qui n'a pas de vie sociale et qui ne vit que derrière un ordinateur. Je dirais que c'est quelqu'un qui sait vivre avec les objets de son temps.

"Un geek, c'est quelqu'un qui sait vivre avec les objets de son temps !"

Vous considérez-vous comme un amateur de nouvelles technologies ? 

Oui depuis tout petit. C'est une tradition familiale.

Iriez-vous jusqu'à dire que vous êtes "geek" ?

Oui et fier de l'être.

Pensez-vous que vos proches vous considèrent comme tel ? 

Oui, et maintenant que je suis à Telecom ParisTech, ils me considèrent aussi comme M. BoxInternet et M. MonReseauMarchePas.

"Mes proches me considèrent comme M. BoxInternet et M. MonReseauMarchePas.

Selon vous, les élèves ingénieurs sont-ils en majorité des geeks ?  

Je doute que par définition un Ingénieur du Papier soit considéré comme un Geek. Mon école à la réputation d'être "GEEK" vu qu'on fait de l'informatique. Mais sur 150 élèves, je dirais qu'une trentaine est vraiment geek. Le reste n'a jamais fait une ligne de code avant d'entrer dans l'école. Donc non, ingénieur ne veut pas dire geek, même si l'ingénieur utilise de plus en plus l'informatique pour progresser.

D'après vous, d'où vient cet a priori ?

Parce que dans le jargon populaire, "Geek" = "Boutons et lunettes" et "Intello" = "Lunettes et boutons". Et comme les Grandes Ecoles d'ingénieurs sont difficiles d'accès et élitistes, "intello" = "école d'ingénieurs" = "geek". 

 

Plus d'infos sur Telecom ParisTech : www.telecom-paristech.fr

Les avis sur cet article
geek_and_manager

20 / 20

Je pense que cet a priori est plutôt politique et viens de la peur de certains chefs de projets qui ont peur de la partie technique mais aussi du fait qu'un informatique il y a presque une infinité de façon de résoudre un même problème. C'est évident que quand il y a un bug ça n'est jamais de la faute du mid-management mais des ingénieurs développeurs. Prenons un cas très simple. Il y a longtemps, on travaillait sur des projets ou il fallait ressortir des données de configuration d'un fichier a partir d'un item-code. La solution utilisée avait été un simple fichier texte du style d'un export excel (tabs/espaces/CR). Pour trouver les info, le programme faisait un binary-search sur l'item-code et ensuite il prenait les caractères qui suivent. J'avais dit au collègue arrivé avant moi que cette solution est dangereuse car si il y a des items AB et ABC, le binary search peut prendre le mauvais. Il me répondit "oui mais on le sait et AB doit impérativement être mis avant ABC". La solution scolaire consiste a créer un data-model, de parser le fichier et de chercher (C++ STL etc...), ça va être ce que les 150 - 30= 120 élèves vont faire spontanément. La chefferie de projet va préférer la deuxième solution, elle garde une meilleure maitrise des projets en se débarrassant des considérations techniques de la première solution. Si des décisions demandent de modifier, le risque est plus réduit mais surtout plus prévisible dans la deuxième. Personnellement, je ne critique aucune des deux solutions si la première est livrée avec un utilitaire de génération de fichier de configuration qui va faire tous les sanity checks et s’intégrer dans l'SCM.
Par

geek_and_manager

- le 21 Juillet 17h35
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis