Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Répression violente d'une marche de 150 étudi...

Répression violente d'une marche de 150 étudiants en Birmanie

En Birmanie, une centaine d’étudiants sont descendus dans la rue manifester leur désaccord au sujet d’une réforme de l’éducation qu’ils estiment non-démocratique. La police ne les a pas laissés faire et a violemment réprimé la marche…

12 Mars 2015 à 17h15 | | 0 avis

birmanie, marche, manifestation, étudiants, répression

Alors que la junte militaire birmane s’est auto-dissoute en 2011, amenant par là un regain de libertés, cette dispersion d’une marche de protestation n’a fait qu’en rappeler les heures les plus sombres.

150 étudiants marchent contre une réforme de l’éducation anti-démocratique

On a ainsi appris qu’à l’issue de la dispersion de la marche 127 arrestations avaient été effectuées quand la police n’en évoquait, elle, que 70.

Selon les journalistes de l’AFP présents sur les lieux lors de la répression de la manifestation, les étudiants auraient été frappés à coups de matraque et de nombreux manifestants ont été emmenés dans les camions de police. De son côté la police a déclaré : « Certains ont été blessés pendant la répression et ont été emmenés à l'hôpital ».

Les étudiants qui ont réussi à s’échapper se sont réfugiés pour certains dans un monastère des alentours et ont témoigné de ce qu’il s’est passé par téléphone : « La police nous a battus. Nous ne pouvons pas accepter ce genre de répression ». Les policiers n’ont pas hésité à pénétrer à l’intérieur de ce monastère pour les déloger.

Le gouvernement, issu de la junte militaire, a justifié cette répression en expliquant que les étudiants contestataires auraient attaqué les policiers et brisé les barrières. L’ONG Human Rights Watch a elle condamné un usage excessif de la force.

La marche de ces étudiants, qui a été stoppée au beau milieu du pays, devait rejoindre Rangoun. Les 150 étudiants ont été bloqués par la police à 130 km de la ville. Les étudiants réclamaient au travers de cette marche une modification de la réforme de l’éducation comme la décentralisation du système éducatif, le droit de créer des syndicats, l’enseignement selon les langues des minorités ethniques…

Sous la junte et encore maintenant, le militantisme étudiant est une des plus grandes forces politiques dans ce pays meurtris. Les jeunes militants n’ont jamais hésité à se soulever à plusieurs reprises comme en 1988. Malgré les réformes engagées depuis 2011, beaucoup craignent que les autorités ne reviennent en arrière en constatant le fort soutien dont bénéficie leur opposante majeure, Aung San Suu Kyi.

 

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis