Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Les élèves de prépas vont payer leurs frais ...

Les élèves de prépas vont payer leurs frais d'inscription

Bientôt, les étudiants qui entament une classe préparatoire dans les lycées publics devront payer leurs droits d'inscription comme tous les étudiants qui s'inscrivent à la fac. Ceci en vertu d'un amendement qui devra bientôt être voté lors du débat dans l'hémicycle, et qui sera ensuite inscrit dans le code de l'éducation.

23 Mai 2013 à 15h58 | | 0 avis

Les élèves de prépas vont payer leurs frais d'inscription

"Une mesure symbolique"

Ce sont les mots employés par M. Feltesse qui avait proposé un amendement similaire, refusé la semaine dernière, lors d'une précédente réunion de la commission des Affaires culturelles et de l'Education.

Il précise par ailleurs que : "les élèves de classes préparatoires bénéficient du principe de gratuité qui s'applique à l'enseignement du second degré" alors que "compte tenu de leur origine sociale, il semblerait logique qu'ils se voient aussi réclamer des droits d'inscription, à l'instar des étudiants des universités"


La nouvelle poule aux oeufs d'or

Si les élèves boursiers pourront bénéficier d'une dérogation, ils seront peu nombreux à la demander car 50% des élèves de classes préparatoires viennent de milieux favorisés, leurs parents sont cadres supérieurs. Ils représentent d'ailleurs 30.3% des étudiants de l'ensemble des formations de l'enseignement supérieur.

Un élève coûterait à l'Etat 15 240 euros par an contre 8080 à l'université. Alors bien sûr leur imposer des frais d'inscription ferait faire à l'Etat 9 millions d'euros d'économie chaque année.

Les syndicats désapprouvent l'amendement, eux pensent que ces élèves paient déjà assez cher les inscriptions aux concours qui représentent parfois plusieurs centaines d'euros en fin d'année.

 


 

Quel ministère va emporter la cagnotte ?

La seule question que se posent nos hauts dignitaires c'est : à quel ministère vont revenir tous ces frais d'inscription ? Il y a une semaine la ministre de l'Enseignement supérieure Geneviève Fioraso s'était exprimée : "le produit des droits d'inscription reviendrait aux lycées". "Or je suis la ministre de l'Enseignement supérieur... Il faudrait, au minimum, que je puisse en discuter avec le ministre de l'Education nationale".

La député PS  Sandrine Doucet exprimait de son côté la peur, légitime, que les lycées ferment les sections techniciens supérieurs au profit des classes préparatoires de manière à faire du profit ajoutant qu'"un tel résultat contrarierait notre volonté de démocratiser les BTS en les ouvrant plus largement aux titulaires de baccalauréat professionnel".

 


 

Un accès en prépa pour les lycées en zone sensible

Un autre amendement devra être voté pour être intégré dans le projet de loi : les recteurs d'académie pourront garder un petit nombre de places aux meilleurs élèves de chaque lycée de l'académie afin de privilégié un droit d'accès à ses filières et "renforcer l'égalité des territoires et la mixité sociale".

Cet amendement avait déjà été posé par le député PS Jérôme Guedj et n'a pas été accepté mercredi. Il ajoutait : "Il convient de casser les barrières géographiques, sociales, psychologiques qui font que le meilleur élève d'un établissement de grande ville perçoive la classe préparatoire comme une évidence tandis que de nombreux excellents élèves d'établissements situés en zone sensible n'envisagent pas d'autres options que des filières courtes", a argumenté l'élu de l'Essonne sur son blog.

"Plus pervers encore, le cas, fréquent, de bons élèves d'établissements situés en zone difficile qui ont tendance à quitter leurs lycées avant la classe de terminale pour des établissements mieux côtés afin d'améliorer leurs chances d'accès aux classes préparatoires, entretenant par la même des effets de ségrégation scolaire"

Crédits : © Atlantis - razihusin - Fotolia

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis