Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Pour ou contre le redoublement ? Les enseignant...

Pour ou contre le redoublement ? Les enseignants nous répondent

Pour ou contre le redoublement ? Nous avons posé la question à des instituteurs et des professeurs pour leur demander leur avis. Voici leurs arguments... 

27 Mai 2013 à 17h15 | | 0 avis

Pour ou contre le redoublement ? Les enseignants nous répondent

 

>> Retourner au dossier "Bien vivre son redoublement"

"Personnellement, j'opte davantage  pour une réorientation. Le redoublement ne doit être envisagé que lorsque des problèmes se sont répercutés sur le travail de l'enfant."

Laétitia, 32 ans, professeur d'histoire-géographie


"Le redoublement n'est efficace que lorsque l'élève manque de maturité, sinon c'est inefficace, anti-pédagogique et d'un coût économique très important."

Gina, 53 ans, professeur d'italien


"Tout dépend de l'élève. J'y suis défavorable pour un enfant qui ne travaille pas suffisamment mais qui a du potentiel."

Hélène, 57 ans, professeur de sciences de la vie et de la terre


"Je ne suis pas favorable au redoublement car la plupart des élèves qui redoublent une classe la répètent en général sans améliorer leurs performances. L’inefficacité du redoublement dure dans la scolarité et l’année perdue désavantage l’élève tant sur le plan psychologique que sur le plan construction des compétences. 

Sur le plan social  il est prouvé que le redoublement est un facteur accru de disparité sociale : la plupart des redoublements sont à constater dans les familles d'ouvriers et d’inactifs ; l’école doit jouer son rôle d’amener TOUS les élèves à maîtriser le socle commun requis pour l’entrée au collège."

Annick, 60 ans, institutrice en grande section

"Oui, mais pour être bénéfique, il doit être décidé en relation avec l'élève et ne pas lui être imposé. Le redoublement est une chance de repartir sur de bonnes bases, à condition de prendre de bonnes habitudes de travail dès la rentrée."

Karine, 38 ans, professeur d'histoire-géographie


"Oui au redoublement si celui-ci est constructif. On l'envisage dans le cas où les bases de l'élève sont faibles, que ses acquis sont fragiles et que ses difficultés risquent de s'accumuler l'année suivante. Toutefois, le redoublement pour le redoublement n'a aucun intérêt."

Salim, 39 ans, professeur de lettres et d'histoire.


pour un enfant qui travaille mais qui a des difficultés. Si un projet d'orientation le motive, il va chercher à surmonter ses lacunes pour mieux réussir l'année de redoublement. 
- un enfant perturbé dans l'année par un évènement qui a occasionné plusieurs absences. 

"J'y suis favorable pour :

  • un enfant qui travaille mais qui a des difficultés. Si un projet d'orientation le motive, il va chercher à surmonter ses lacunes pour mieux réussir l'année de redoublement. 
  • un enfant perturbé dans l'année par un évènement qui a occasionné plusieurs absences (problème de santé, parents qui se séparent…)"

Hélène, 57 ans, professeur de sciences de la vie et de la terre

"Il est difficile de répondre à cette question par un simple oui ou non. Ce ne peut être que l'étude approfondie du cas de chaque enfant pour lequel on se pose la question de l'éventuel redoublement, qui va déterminer la décision. On ne peut pas avoir une idée toute faite. Il faudra à chaque fois essayer de déterminer où réside l'intérêt de l'élève.

On devra bien évidemment aussi prendre en compte l'avis de l'enfant puisque le vécu d'un redoublement peut être douloureux s'il n'est pas bien préparé.

Le redoublement pourra être efficace si l'on s'en donne les moyens. Si on se contente de refaire une seconde fois ce qui n'a pas fonctionné une première année, on court à l'échec. La mise en place de soutiens ou d'aides sera donc indispensable. C'est donc là que la question de la prévention est première : si l'on avait mis en place l'aide dès l'apparition des difficultés scolaires, on n'aurait peut-être pas à envisager le redoublement..."

Michel, 63 ans, instituteur à la retraite

Crédits : © aerogondo - Fotolia

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis