Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Un meeting pro-palestinien annulé à l'Univers...

Un meeting pro-palestinien annulé à l'Université de Toulouse 2

Un meeting « Palestine vaincra » prévu demain à l’université Toulouse 2 a été annulé par le recteur de l’académie. La raison ? Un risque de trouble à l’ordre public.

07 Décembre 2012 à 15h36 | | 0 avis

Un meeting pro-palestinien annulé à l'Université de Toulouse 2

Un meeting qui suscite l’émoi des organisations juives

C’est demain que devait avoir lieu à l’université de Toulouse 2, un meeting « Palestine vaincra » organisé par le collectif « Coup pour Coup 31 » et avec la présence d’un représentant du Front Populaire de Libération de la Palestine. Ce meeting avait suscité l’émoi de nombreuses organisations juives, dont le CRIF. Il a été annulé jeudi.


Défenseur de la liberté d’expression

Le président de l’université, Jean-Michel Minovez, n’approuve pas vraiment cette décision et le fait savoir dans une lettre écrite au rectorat de Toulouse et rendue publique. Dans cette lettre, il explique qu’ « en tant que défenseur de la liberté d’opinion et d’expression, j’ai autorisé la tenue de ce meeting au sein de l’université car je considère que celle-ci doit être un lieu d’échange où toutes les opinions doivent pouvoir s’exprimer librement, dans le respect de la légalité républicaine et dans le cadre de la réglementation universitaire ».

Mercredi dernier, la présidente régionale du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) avait demandé l’autorisation d’implanter un stand sur le campus lors du meeting afin d’ouvrir le débat. Cette autorisation avait été accordée mais apparemment, le rectorat toulousain a craint d’éventuels incidents.

 

Crédit photo: © gb27photo

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis