Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Ma rupture? Un souvenir douloureux

Ma rupture? Un souvenir douloureux

 

13 Avril 2010 à 17h03 | | 0 avis

Ma rupture? Un souvenir douloureux

 

Sabrina et Claire* font partie de ces filles qui se remettent mal de leur séparation d'avec leurs petits-amis. Histoire d'amour qu'elles pensaient voir durer, les aléas de la vie étudiante auront eu raison de leur couple. Pour MediaEtudiant.fr, elles se livrent.

 

"Le jour où tout s'est arrêté, ce fut la fin du monde pour moi". Sabrina a 20 ans. La vie devant elle, et pourtant, un vide s'est creusé en elle: "Nous étions ensemble depuis plus de trois ans. C'était mon premier amour et il m'a quitté par mail! ". Amertume et douleur, tels sont les deux sentiments qui gouvernent la jeune femme, malgré le temps qui passe. Pour Claire, "nous devions faire une pause pour réfléchir, et je l'ai vu au cinéma avec une autre". Deux claques de la vie. deux claques de l'amour. Et il va falloir continuer avec cette douleur.

Si leur couple semble idéal au départ, les études supérieures viennent à instaurer peu à peu une distance géographique d'abord. Sentimentale ensuite.

 

"Au lycée, nous étions chaque jour ensembles. Lorsqu'il est parti en prépa, il s'est éloigné de moi. On se voyait moins et il me faisait comprendre que son groupe d'amis passait avant nous. Ca me rendait folle". Ce sentiment d'éloignement et d'abandon, Claire le connaît. Elle aussi a découvert qu'en grandissant, les chemins de l'un et de l'autre tendent à s'éloigner : "On ne se quittait pas. Puis lorsqu'il est allé dans son école de commerce, les disputes devenaient de plus en plus fréquentes".

 

Changer son quotidien, avoir un nouveau groupe d'amis, évoluer loin de l'autre... Tous ces facteurs auront eu raison de leurs histoires. "Les derniers temps, nous restions ensembles surtout par habitude je pense. J'avais envie de tout arrêter mais en même temps, j'étais terrifiée de revivre à nouveau seule alors qu'il avait occupé ma vie pendant des années. Mais la rupture était l'unique issue", raconte Sabrina.

 

"Nous étions ensembles, surtout par habitude (...) la rupture était l'unique issue"

 

"Avec le recul, je ne garde que le meilleur. Mais il n'empêche que je pense toujours à lui. Et j'avoue que l'idée qu'il soit avec une autre m'est difficilement supportable", concède Claire. Même son de cloche du côté de Sabrina: " j'ai toujours eu peur de l'abandon. Ma rupture avec ce garçon a ravivé cette crainte. Une partie de moi est partie avec lui. J'essaye de me reconstruire et j'ai le sentiment que cette claque que je me suis prise peut m'aider à avancer dans ma vie personnelle".

 

Car la douleur peut aussi être un moteur d'avancée. Comme un révélateur. "Je me rends compte de tout ce qui n'allait pas entre nous. Désormais, je n'aurai pas peur de tout arrêter si je sens que les choses ne vont pas comme elles devraient. Les derniers temps, il était très distant, presque absent. Il me faisait sentir que c'était une corvée d'être avec moi. C'était destructeur tant pour moi que pour lui, souligne Sabrina. Je me sens soulagée que notre relation soit finie même si une partie de moi pensait qu'un jour on se retrouverait", ajoute Claire.

 

"Je vivais notre relation à travers lui"

 

Aujourd'hui, les deux jeunes filles avancent et tentent de croire à nouveau en l'amour. Car malgré le fait qu'elles soient à l'aube de leurs vies de femme, le traumatisme est là. "J'ai envie d'une belle relation légère et simple à la fois. Sans souffrances ni complications. Si le courant ne passe pas, autant tout arrêter", affirme Sabrina, Je ne veux plus souffrir. Je me sens tellement perdue en ce moment, que c'est hors de question de me détruire avec une relation. Tout ce qui compte, c'est que j'apprenne enfin à vivre pour moi. Chose que je n'ai jamais faite durant ma relation avec lui. Je vivais à travers lui". Encore dans leurs cursus, les études les aident néanmoins à oublier peu à peu cette mauvaise passe. Claire en est certaine : "c'est au moment où l'on ne s'y attendra pas que l'on trouvera la bonne personne".

 

*Noms d'emprunt

 

 Stéphanie Perrin

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis