Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

La communication, oui. Mais après?

La communication, oui. Mais après?

Cette semaine, MediaEtudiant.fr donne la parole à David, 21 ans. Son BTS communication en poche, le jeune homme peine à s'insérer dans le monde du travail. Il témoigne de son quotidien parfois difficile à gérer.

18 Mai 2010 à 16h14 | | 0 avis

La communication, oui. Mais après?


 

"Au sortir de mon Bac STG, je n'avais aucune hésitation : je voulais entrer dans une école de communication. Je me voyais déjà à la tête de ma propre boîte". Ses yeux bleus francs, sa posture droite, David, 21 ans semble ne douter de rien. L'orientation post-bac s'est révélée un choix plutôt facile.

 

Entretien d'admission et analyse du dossier réussis, David est parti pour deux années d'études. Objectif : un BTS communication. "J'étais vraiment emballé, il fallait être réactif, créatif et les études ne duraient pas trop longtemps. Critère important pour moi qui voulait vite intégrer le monde du travail...", souligne le jeune homme.

 

Au fil des mois, son choix s'affine et l'étudiant se voit bien s'orienter vers la communication événementielle. "L'idée d'organiser, gérer les publications, affichages, m'emballait. Je me voyais créer ma propre agence à terme, et sortir du lot", évoque David. Parcours sans faute, il réussit son examen et décroche son BTS. Il est désormais temps de penser "métier".

 


 

"Je pensais que je trouverai un job dans l'année qui suivrait l'issue de mon cursus"

 

"Le retour à la réalité à été dur. Après des mois à téléphoner, envoyer des CV, répondre à des candidatures, je me suis retrouvé en stage longue durée. C'est-à-dire à peine 400 euros par mois pendant huit mois. Mes parents qui n'ont pas beaucoup de moyens ont du continuer à se serrer la ceinture", explique David. Car en plus de la difficulté à s'insérer, le jeune homme doit faire face à une dépendance financière quand lui rêvait d'autonomie.

 

Aujourd'hui son stage est fini mais l'étudiant n'a toujours pas trouver d'emploi. "J'ai dû me trouver un boulot dans un magasin d'électroménager pour gagner de l'argent et soulager mes parents. Résultat, je m'éloigne de ma formation initiale et j'ai peur de ne pas parvenir à m'insérer". L'heure est donc à l'inquiétude avec un arrière-goût d'amertume : "j'en veux presque à mon établissement de ne pas nous avoir suffisamment averti sur le fait que le secteur de la communication est saturé. J'aurai peut-être alors pris le pari de poursuivre mes études dans le commerce. Bien sûr, on sait que le marché du travail est difficile, mais je pensais que d'ici un an après l'obtention de mon diplôme, je trouverai un job, même insignifiant, en lien avec la comm'".

 

Il a renouvelé son CDD dans le magasin où il opère actuellement et songe à une formation en alternance. David précise : "j'ai vu qu'il y avait en général un bon taux d'insertion après l'alternance et je serai payé un certain pourcentage du SMIC, ce qui m'intéresse. En plus, les études sont gratuites". Et de conclure : "si les choses étaient à refaire, je me pencherai davantage sur les débouchés. La communication, oui, mais que faire ensuite?".

 

Stéphanie Perrin

 

Crédits : mmagallan/sykick

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis