Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Interview de Flavien, artiste blogueur

Interview de Flavien, artiste blogueur

27 Septembre 2010 à 11h32 | | 0 avis

Interview de Flavien, artiste blogueur

La semaine dernière, MediaEtudiant.fr publiait son TOP 5 des meilleurs blogs d'artistes étudiants. Le plus "caustique" d'entre eux, Flavien, a répondu à nos questions. Ou comment le "croqueur" de personnalités parle de son univers artistique, ses projets, ses études, sa passion...

Quand tu as créé ce blog, qu'est ce que tu voulais en faire ?

Pour moi, le but de ce blog c'est de partager mes dessins et, comme tout le monde, d'échanger mes idées. Il me sert de répertoire d'images et de texte que chacun peut consulter et commenter. Il s'agit donc de réunir certains de mes travaux et d'en élargir la diffusion. Ce qui explique la simplicité de son design : un blog gratuit, préprogrammé. L'emballage ne m'intéresse pas vraiment.


Avoir un blog, ça aide sur le plan professionnel ?

Bien sûr ! Il me sert aussi de "book" et de "CV virtuel". Lorsque je cherche à publier dans un journal ou à travailler pour un éditeur je leur envoie l'adresse du blog pour qu'ils puissent avoir un aperçu de mon travail. Je ne mets pas l'intégralité de mes dessins en ligne, mais tous les travaux publiés y sont.


Certains de tes dessins sont publiés dans des journaux, comment es-tu entré en contact avec eux ?

Le premier pour lequel j'ai travaillé est Siné Hebdo, aujourd'hui fermé. Je leur ai simplement envoyé un e-mail bourré de dessins en pièces jointes. Ils en ont retenu un pour la publication, et j'ai pu rencontrer l'équipe et l'intégrer peu à peu. Aujourd'hui, je travaille beaucoup pour la Mèche, en partie composé d'anciens de Siné Hebdo. Avoir intégré un grand titre de la presse satirique m'a donc permis d'enchaîner les contacts et les rencontres.


Etre publié sur papier, ça reste une plus grande satisfaction que sur internet ?

Oui, j'accorde beaucoup d'importance à l'objet qu'est un journal qu'on peut palper, sentir, plier, découper et etc. Il y a une vraie notion de contact, de rencontre physique avec l'image, qui n'existe pas dans les supports virtuels. De plus, chacun peut se publier lui-même sur internet, mais il est beaucoup plus difficile de le faire sur papier. C'est donc extrêmement gratifiant.


Depuis combien de temps dessines-tu ?

Depuis toujours. Petit, je passais plus de temps à dessiner qu'autre chose. Les métiers artistiques sont assez représentés dans la famille, on peut dire que j'ai baigné dedans !

 

DSK La Mèche Caricature

Caricature de DSK dans le n°2 de La Mèche (17/09/2010) / Par Flavien


Est ce que tu as toujours eu ce style un peu cynique, sarcastique, corrosif ?

Lorsque je dessinais dans les marges de mes copies à l'école, au collège, au lycée puis à la fac : oui ! Mais j'ai vraiment développé ce style à partir de ma recherche à la fac et dans mes premières publications dans Siné Hebdo. L'humour noir, le sarcasme, tout ça me plaît beaucoup ! L'humour doucereux à tendance à m'ennuyer...


Côté études, tu en es où ?

Je suis étudiant en Master 2 Recherche en ars plastiques à l'Université Paris 1. J'écris un mémoire sur la question de l'image subversive, réflexion s'appuyant sur mes activités de plasticien, de dessinateur de presse et d'illustrateur. C'est lorsque je me suis choisi cet objet d'étude, en année de maîtrise, que j'ai commencé à proposer des dessins à Siné Hebdo. Si l'enseignement m'intéresse, le principal pour moi est de continuer à dessiner et à apporter ma contribution à l'effondrement de tous les types d'ordres établis. Le meilleur projet d'avenir que je puisse avoir est de contribuer à créer et, donc, à lutter.


Quand on étudie un domaine artistique, c'est important d'aller au delà des projets scolaires ?

Il serait dramatique de se limiter au strict cursus scolaire. Par exemple, la pratique du dessin est très largement dépréciée à l'université. Les professeurs qui ont sur m'encourager dans cette voie se compte sur les doigts d'une main, en cinq ans d'études supérieures ! L'éducation artistique à l'université privilégie les formes "rentables" de l'art, qui s'inscrivent dans la pérennisation du "marché de l'art". Si j'avais dû me limiter aux enseignements du cursus, j'aurais refusé toute forme d'art traditionnelle jugée archaïque, comme le dessin, et je n'aurais jamais pu développer ma pratique actuelle.


Quels sont tes projets pour les années à venir ?

Je continuerais à développer une pratique purement plasticienne en créant des oeuvres qui ne seront pas forcément destinées à la publication, en participant par exemple à des expositions. Je continuerais également à travailler d'arrache pied pour le journal la Mèche, qui part de rien mais me semble l'un des meilleurs hebdomadaires satiriques de France. Des albums sont aussi à prévoir, mais je ne peux pas en dire plus pour le moment, ils doivent se construire avant que je puisse mieux en parler !


Lisez aussi

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis