Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Les 4 idées d'avenir pour les Grandes Ecoles

Les 4 idées d'avenir pour les Grandes Ecoles

Le président de la Conférence des Grandes Ecoles, Pierre Tapie a expliqué au Nouvel Observateur ses quatre mesures qui pourraient changer la situation des grandes ecoles.

07 Décembre 2012 à 16h56 | | 0 avis

Les 4 idées d'avenir pour les Grandes Ecoles

Donner une prime au succès

Face aux sommes insuffisantes injectées dans le Supérieur et à l’absence de budget, Pierre Tapie a proposé une solution aux Assises de l’enseignement supérieur : faire contribuer les jeunes diplômés. Une fois qu’ils auraient trouvé un travail, ceux-ci reverseraient une contribution à leurs écoles ou universités qui serait équivalente à un mois de salaire par année d’études réussies.


Attirer plus d’étudiants étrangers

L’objectif serait d’accueillir 50 000 étudiants étrangers en France pendant 10 ans. 80% d’entre eux paieraient leurs études un peu plus cher comme cela se passe dans d’autres pays. Par an, une telle mesure rapporterait 5 milliards d’euros par an. Avec ce système, en 2023, le nombre total d’étudiants étrangers serait de 750 000, à moitié composé de boursiers exonérés de frais.


Mobiliser étudiants et retraités pour réinsérer les exclus de l’école

La proposition ici est de créer, en partenariat avec les entreprises des « Instituts Horizon Métiers » qui pourraient accueillir les 150 000 exclus de l’école et ce pour deux ans de formation. Deux tiers de leur temps serait consacrés à l’apprentissage d’un métier et le tiers restant serait consacré à la reconstitution du socle « Lire, écrire, compter ». Cette dernière partie serait confiée à des retraités ou des étudiants en service civil. Le coût de cette proposition serait inférieur au coût social du chômage.


Créer des « Associations éducatives de service public »

De nombreux établissements fonctionnent sous le statut d’association loi de 1901. Or, la loi Rocard de 1984 reconnait la mission de service public des établissements privés. Or elles n’ont pas le statut juridique adapté à cette mission. Pierre Tapie propose donc qu’elles bénéficient des mêmes augmentations de ressource par étudiant, dans les 5 prochaines années, que celle dont a bénéficié l’université au cours des 5 dernières années. Selon lui, cela transformerait un secteur qui diplôme 20% du total des Masters de France chaque année.

Source : tempsreel.nouvelobs.com

 

Crédit photo: © Antonio Gravante 

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis