Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Etudiantes musulmanes : le Conseil d'Etat écar...

Etudiantes musulmanes : le Conseil d'Etat écarterait la loi anti-burqa

 

30 Mars 2010 à 08h26 | | 0 avis

Etudiantes musulmanes : le Conseil d'Etat écarterait la loi anti-burqa

 

C'était un projet phare du patron des députés UMP, Jean-François Copé : une loi interdisant le port du voile intégral sur l'ensemble de l'espace public. La mission parlementaire prônait elle, une interdiction limitée aux services publics. Le Conseil d'Etat a écarté lundi la possibilité d'une interdiction générale.

 

Les étudiantes de la communauté musulmane ont encore la possibilité de porter le voile intégral dans les lieux publics. Lors d'un entretien "en famille" dans les rangs de l'UMP pour remotiver les troupes après les régionales, François Fillon a promis, pour les prochaines semaines, une loi sur le voile intégral. Le texte se baserait notamment sur la proposition de loi UMP et d'un rapport du Conseil d'Etat, allant "le plus loin possible sur la voie de l'interdiction générale dans le respect des principes généraux du droit".

 

Pas d'interdiction générale mais une limitation du port de la burqa

 

Le texte, porté par le patron des députés UMP, Jean-François Copé, vise une interdiction générale sur la voie publique là où la mission parlementaire prône une prohibition limitée aux services publics. Devant rendre prochainement son rapport au Premier ministre, le Conseil d'Etat estimerait que le port du voile intégral ne peut pas être complètement interdit, peut-on lire dans les colonnes du Figaro et du JDD.

En effet, certaines femmes et jeunes femmes, le portent par choix et leur ôter cette possibilité serait une atteinte à la dignité humaine. Les étudiantes néanmoins pourrait être amené à le retirer dans des lieux comme leur établissement d'études pour des raisons de sécurité.

 

S.P avec agence

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis