Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Affectations des étudiants en médecine suite ...

Affectations des étudiants en médecine suite aux ECN 2011

Alors que les épreuves classantes nationales (ECN) ont eu lieu il y a bientôt 6 mois, le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé a publié, le jeudi 29 mars 2012, un rapport sur les affectations des étudiants en médecine à l’issue de ces épreuves. On y apprend que le nombre d’étudiants admis augmente tout comme la mobilité géographique.

03 Avril 2012 à 16h00 | | 0 avis

Affectations des étudiants en médecine suite aux ECN 2011

L’affectation des étudiants en médecine à l’issue des ECN 2011

Le ministère de la Santé a publié le rapport réalisé par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) à propos de l’affectation des étudiants de médecine à l’issue des épreuves classantes nationales.

Le premier enseignement que l’on peut tirer de ce rapport est l’augmentation du nombre d’étudiants qui sont entrés pour la première fois en troisième cycle des études médicales : ils étaient en effet un peu plus de 6800 soit 800 de plus qu’en 2010. L’ensemble des spécialités ont connu une légère progression du nombre de postes ouverts.

Ce premier chiffre n’est pourtant pas vraiment surprenant puisqu’il est sans doute une conséquence de la hausse du numerus clausus qui a eu lieu en 2005.


 

Une mobilité géographique plus importante

Le deuxième enseignement de ce rapport dressé par la DREES est la mobilité géographique des étudiants en médecine qui entrent pour la première fois dans le troisième cycle des études médicales : la moitié des étudiants change de subdivision de formation lors de son entrée en troisième cycle.

Parmi ces derniers, deux tiers ont changé de subdivision par choix et 33% auraient pu choisir la même spécialité dans leur subdivision d’origine. Les étudiants qui ont effectué une « mobilité contrainte » (choix d’une autre subdivision car la spécialité choisie n’était pas accessible dans leur subdivision d’origine) ne représentent que 17% des étudiants affectés.


 

Le choix des spécialités

Les ECN permettent de proposer des spécialités aux étudiants en fonction de leur classement. En 2011, 46% des étudiants ont eu le choix entre 23 spécialités sur les 30 disponibles. Cependant 42% des étudiants n’ont eu le choix qu’entre 6 spécialités. Le choix se resserre donc assez vite selon le classement.

Aussi on apprend avec ce rapport que la médecine générale reste une des spécialités les plus demandées puisqu’un quart des postes de médecine générale sont pourvus en même temps que les spécialités médicales et chirurgicales.


 

Moins de postes vacants

La hausse du nombre d’étudiants qui accèdent pour la première fois en troisième cycle d’études médicales et l’attractivité de la médecine générale est sans doute due à la diminution du nombre de postes vacants dans cette discipline : 633 postes vacants dans cette discipline en 2011 contre 688 en 2010.

Les subdivisions qui ont le plus de postes vacants, toutes disciplines confondues, sont les mêmes depuis plusieurs années et semblent donc souffrir d’un manque d’attractivité. Seulement 7 subdivisions sur 28 pourvoient l’ensemble de leurs postes (Bordeaux, Grenoble, Lyon, Montpellier, Nice, Océan Indien et Toulouse).


 

Les femmes et les ECN

Ce rapport indique également que depuis 2007, les femmes représentent plus de 60% des internes. De plus, la part de femmes affectées suite aux ECN est légèrement supérieure à celle des femmes qui y sont inscrites (62,6% de femmes affectées pour 61,4% d’inscrites en 2011).

La répartition des femmes entre les différentes spécialités n’est pas équilibrée et certaines spécialités, telles que la gynécologie médicale, la pédiatrie ou la rhumatologie, comptent plus de trois quarts de femmes parmi leurs internes…

Mais les femmes sont également de plus en plus représentées au sein des spécialités chirurgicales traditionnellement masculines : elles représentaient 30% des effectifs en 2010 et 38% en 2011. Seul le taux de femmes en ORL a légèrement diminué pour passer de 49% en 2010 à 45% en 2011.

Voici des chiffres encourageant pour les étudiants en médecine.

Pour plus de détails concernant le rapport sur les affectations des étudiants en médecine à l’issue des épreuves classantes nationales en 2011, n'hésitez pas à consulter le rapport dans son intégralité.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis