Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

BringBackOurGirls, on ne vous oublie pas !

BringBackOurGirls, on ne vous oublie pas !

Il y a un an de cela, le tristement célèbre Boko Haram enlevait pas moins de 276 filles dans une école au Nigéria. Depuis début 2014, Boko Haram a kidnappé au moins 2 000 femmes selon le groupe Amnesty International.

14 Avril 2015 à 09h46 | | 0 avis

BringBackOurGirls,on,oublie,pas

Une quête infructueuse, des jeunes lycéennes introuvables

Un rapport dévoile que la plupart de ces femmes ont été transformées en esclaves sexuelles et formées à se battre.

« La preuve présentée dans ce rapport, un an après le terrible kidnapping des filles de Chibok souligne la portée et la perversion des méthodes de Boko Haram » dit Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International.

Depuis cette date fatidique, 200 sont encore portées disparues. Et ce, malgré un très important mouvement de solidarité à l’époque de la part de nombreuses célébrités mondiales. Elles sont malheureusement tombées dans l’oubli.

Absence de réelle mobilisation

Le gouvernement Nigérien a seulement reconnu le rapt en masse 2 semaines plus tard quand les médias internationaux se sont intéressés à leur sort. Le président Nigérien Goodluck Jonathan a depuis promis de faire tout son possible pour libérer les filles. On attend toujours …

Les membres des familles, rapportent cependant que l’armée Nigérienne ne recherchait absolument pas les filles. « La mort est préférable à cette vie de misère que nous vivons depuis leur enlèvement » témoigne une des mères.

Les Etats-Unis et d’autres pays de l’Ouest ont juré de faire tout leur possible pour soutenir le Nigéria dans sa quête des écolières de Chibok mais n’ont jamais abordé la question de savoir comment ils s’y prendraient.

Une femme de 50 ans qui a été récemment relâchée par Boko Haram raconte que le mois dernier, les écolières étaient maintenues captives au quartier général du groupe à Gwoza. Mais depuis la reconquête de la ville par l’armée Nigérienne, pas de signes de vie des écolières et on raconte que Boko Haram aurait massacré ses captives féminines.

La montée des contestations

Les manifestations ont continué malgré l’opposition de la police. Et beaucoup de nigériens espèrent que le nouveau président élu Muhammadu Buhari qui doit prendre le pouvoir le 29 mai prochain réactivera la quête des filles. Des conseillers rapportent qu’il prévoit d’augmenter les capacités de l’armée et reprendre les entraînements militaires avec l’Angleterre et les Etats-Unis.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis