Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Ben se met à nu à Lyon

Ben se met à nu à Lyon

Hier, le Musée d'Art contemporain de Lyon a ouvert ses portes à l'artiste Benjamin Vautier alias Ben. Baptisée "Strip-tease intégral de Ben", cette rétrospective retrace cinquante années de la carrière de l'artiste. A découvrir jusqu'au 11 juillet.

04 Mars 2010 à 00h00 | | 0 avis

Ben se met à nu à Lyon

"On est tous ego", "la critique d'art répond à toutes vos questions", "les musées ne servent à rien"... Jetées sur des toiles noires, blanches, rouges ou des chassis de bois brut, les phrases de Ben et les mots de Ben s'égrènent au fil des étages du Musée d'Art contemporain (MAC). L'occasion de découvrir cet artiste français d'origine Suisse, Benjamin Vautier né en 1935 à Naples. Si ce Ben ne vous évoque rien de prime abord. Concentrez-vous. Vous avez forcément découvert ses créations, au détour d'une rentrée des classes, à l'angle du rayon papeterie. Son travail s'est exporté sur des agendas, des trousses, des classeurs, des règles avec un fond noir et une phrase ironique écrite en blanc. Et bien sûr, l'incontournable signature en bas à droite de l'objet: Ben.

En haut des escaliers du MAC, la première salle. Les débuts de l'artiste. Le spectateur découvre les oeuvres qui ont influencé Ben Vautier. On trouve de tout. De vieux boutons encadrés, des objets curieux, insolites. Tout est très personnel. Beaucoup de bibelots qui semblent chers à Ben. Car Ben est partout. Sur les toiles, en photo, en images, encore et toujours. Des tas, des dizaines de clichés de lui sont représentées. Ben à une terrasse de café, Ben dans la rue, Ben qui crache, Ben qui vomit. Des clichés, au sens propre et figuré du terme.

"Il a l'air très narcissique. Comme s'il avait peur de rater tous les moments les plus insignifiants de sa vie. On a l'impression qu'il a une boulimie de lui-même. Du coup, nous sommes noyés dans des clichés aussi curieux qu'inintéressants comme la photo de son cul", souligne Amandine, une étudiante venue découvrir l'artiste.


Des mots, de l'ego et une grosse dose d'absurde

Second étage, l'univers de Ben s'affirme. Il tâtonne moins et affirme son style. L'absurdité règne. Il se moque des musées qui "ne servent à rien". Ils se moquent des visiteurs en clamant haut et fort avec ses mots peints sur la toile, que tout le monde peut faire ce qu'il fait. A terre, une oeuvre intitulée "Trou" avec un amoncellement d'objets ayant comme point commun un trou. On sent l'insolence du personnage. Il aime son travail et s'amuse du succès de ses créations au fil des années. Encore une fois, le narcissisme règne. L'"ego" revient à chaque coin de l'exposition: "Regardez-moi cela suffit", "J'aime qu'on parle de moi" sont assez révélateurs de ce personnage haut en couleur mais surtout en noir et blanc.

Un peu plus loin, son Bizart baz'art. Une oeuvre monumentale où les visiteurs peuvent circuler. Sorte de puzzle géant, elle est faite de bric et de broc, de peluches, de ventilateurs, de vieilles pièces de radio, etc. Comme une caverne d'Ali Baba pour les pauvres aux recoins multicolores. Une référence au magasin de disques que Ben avait ouvert à Nice dans les années 1960.


Un artiste provocateur

Tout en haut, au dernier étage, les grands murs blancs du MAC sont parsemés de feutres collés à même le platre, de billets, de petits mots,de paquets de cigarettes. Sorte de plongée dans l'univers et l'esprit volontairement chaotique et égocentrique de Ben. Au milieu un banc "qui attend que quelq'un s'asseye et parle à quelqu'un d'autre". Des tableaux, des collages, une représentation absurde du Titanic, encore des mots, toujours des mots, ces mêmes mots... "Je suis célèbre", "la critique d'art répond à toutes les questions"... A la fois drôle, sarcastique et bizarre. Et cet art peut en déranger certains. Pour Hélène, une mère venue accompagner sa fille, "certaines oeuvres sont drôles mais moi, cela me met mal à l'aise. C'est trop impudique. Un bocal avec l'urine de Ben, ça se résume à de l'exhibitionnisme. L'homme paraît avoir un ego surdimensionné et une sorte de plaisir à provoquer".

En sortant de cette rétrospective, la visite continue...à la boutique du MAC. Ses oeuvres s'affichent sur des produits dérivés en tout genre, de l'agenda aux chaussettes, de la trousse à la règle. Alors peut-on faire de l'art un produit marchand? En quoi le travail de Ben est-il de l'art? La réponse en deux oeuvres : "Tout est art", "Tout est marchandises". Si de curiosité vous êtes piqué, rendez-vous au MAC. De quoi vous étourdir, vous choquer mais finalement vous enrichir.

 

Stéphanie Perrin

 

Crédit photos :

BEN- Ben envahit Lyon le... 2009 /Adagp, Paris

BEN-J'aime rire / Adagp Paris

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis