Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Si on révisait les figures de style pour le ba...

Si on révisait les figures de style pour le bac 2013 ?

Pour vous aider dans vos révisions du bac 2013 de français, Media Etudiant vous propose de revenir sur les principales figures de style en littérature. Savez-vous ce qu'est une allégorie ? Une métaphore ? Ou un oxymore ?

13 Juin 2013 à 10h59 | | 1 avis

Si on révisait les figures de style pour le bac 2013 ?

 

L'Allégorie

Il s'agit de la représentation symbolique d'une idée qui passe par l'abstraction. On vous raconte une histoire ou on vous donne une image pour vous parler d'une idée, d'un concept, qui a des résonnances dans le monde réel ou l'actualité.

Par exemple : une femme tenant dans une main un glaive et dans l'autre une balance, les yeux bandées peut être une allégorie de la justice. L'Allégorie de la caverne de Platon est l'une des plus connues en littérature, elle raconte la capacité des hommes à accéder à la connaissance et à la réalité.

L'Antiphrase

L'antiphrase exprime une idée par son contraire. Bien souvent elle est associée à l'ironie ou à l'euphémisme pour exprimer une idée dans le sens contraire à sa véritable signification.

Par exemple : "C'est du joli", pour signifier au contraire que ce n'est pas très beau ou très bien. Une antiphrase célèbre est celle de Voltaire : "L'ignorance est la gardienne des Etats bien policés".

Le Chiasme

Le chiasme est une figure de style basée sur le schéma A-B / B-A. Le but est de donner du rythme à une phrase ou plusieurs phrase et d'établir des parallèles. Soit il va rapprocher des concepts, les unir, soit il va au contraire souligner leur antithèse.

Par exemple : "J'aime bien Paul, mais lui ne m'aime pas". On a un premier thème avec le verbe "aimer" et un deuxième avec le nom propre "Paul". La structure est : Aimer-Paul / Paul-Aimer (A-B/B-A). Ici le chiasme marque la non-réciprocité des sentiments. Chiasme célèbre : "Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger" de Molière.

L'Hyperbole

Il s'agit de marquer fortement une idée au moyen d'expressions exagérées. C'est la principale figure de l'exagération, vous la trouverez souvent dans des procédés d'ironie et de caricature. Certains parlent d'emphase ou d'amplification qui sont des figures similaires.

Par exemple : "Cette épreuve de Mathématiques était beaucoup trop difficile, trop ardue, remplie de pièges et de notions que l'on ne connaissait pas". Ici, le lycéen exagère la difficulté de son épreuve pour peut être justifier son échec. Honoré de Balzac disait : "Un des spectacles où se rencontre le plus d'épouvante est certes l'aspect général de la population parisienne, peuple horrible à voir, hâve, jaune, tanné."

Métaphore VS Comparaison

C'est la figure de style par excellence, ne ratez surtout pas la métaphore ! Attention à ne pas la confondre avec la comparaison. Dans les deux cas il s'agit de rapprocher deux réalités différentes, vous avez un comparant et un comparé. Cependant avec la comparaison vous avez un outil de comparaison (comme, tel que...), alors que ce n'est pas le cas dans la métaphore.

Par exemple : "La Nature est un temple où de vivants piliers / Laissent parfois sortir de confuses paroles.". Ici Baudelaire rapproche les termes "nature" et "temple". La nature est le comparé et le temple le comparant, mais il s'agit bien d'une métaphore puisqu'aucun outil de comparaison ne les lie.

En revanche dans la phrase : "Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants / Doux comme les hautbois, verts comme les prairies." Il s'agit bien d'une comparaison puisqu'on retrouve le terme de liaison "comme".

La Métaphore filée

A ne surtout pas manquer même si souvent elle saute aux yeux. Il s'agit d'une suite de métaphores sur le même thème. C'est-à-dire que le comparant ne change pas, il est juste développé à travers un champ léxical. La métaphore filée s'étale sur un paragraphe entier voir tout un texte.

Par exemple : "L'empereur était là, debout, qui regardait.
Il était comme un arbre en proie à la cognée.
Sur ce géant, grandeur jusqu'alors épargnée,
Le malheur, bûcheron sinistre, était monté;
Et lui, chêne vivant, par la hache insulté,
Tressaillant sous le spectre aux lugubres revanches,
Il regardait tomber autour de lui ses branches.(L'expiation)

La métaphore filée commence souvent par une comparaison. Victor Hugo choisit de comparer Napoléon à un arbre, plus précisément un chêne. Le but est de signifier la force et la grandeur de l'empereur c'est pourquoi on retouve le champ lexical de l'arbre : "arbre, bûcheron, branches". Et celui de la puissance : "géant, grandeur".

L'oxymore

Il ressemble à l'antithèse mais il va beaucoup plus loin dans le rapprochement de termes complètement opposés. Il s'agit de faire coexister deux termes contraires dans un même syntagme et de créer ainsi une sorte de paradoxe.

Par exemple : "Un clair-obscur", on a ici deux termes antithétique et pourtant, par le paradoxe, on crée du sens. Dans le vers : "Mon luth constellé porte le soleil noir de la mélancolie" de Gérard de Nerval, "le soleil" et l'adjectif "noir" sont antithétiques, mais pour les romantiques c'est une nouvelle façon de parler de la lune.

On espère que ces quelques définitions vous auront éclairé et vous serviront à obtenir d'excellents résultats du bac 2013.

Crédits : © adimas -  Anatoly Maslennikov - Fotolia

Les avis sur cet article
Sushi83

20 / 20

Offrons le globe aux enfants le globe
Par

Sushi83

- le 24 Janvier 12h14
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis