Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Accueillir plus d'étudiants étrangers et les ...

Accueillir plus d'étudiants étrangers et les sélectionner davantage

Une enquête réalisée par l'Association des universités européennes (EUA) montre que les universités cherchent à accueillir plus d'étudiants étrangers. Le gouvernement veut prendre les choses en main : accueillir plus d'étudiants internationaux mais les sélectionner davantage.

12 Avril 2013 à 11h39 | | 0 avis

Accueillir plus d'étudiants étrangers et les sélectionner davantage

La France : terre d'accueil pour les étudiants étrangers

Selon une enquête de Campus France, 75 % des jeunes étrangers souhaitent venir étudier en France. Il y a actuellement plus de 289.000 étudiants internationaux sur le sol français. En moyenne, il s'agit d'un étudiant sur huit. La France arrive 5ème au classement des pays d'accueil selon le classement du Figaro.fr.

Les universités veulent davantage s'internationaliser. C'est en tous cas ce que révèle l'enquête réalisée par l'Association des universités européennes (EUA), de début janvier à fin février, qui a envoyé 1365 questionnaires aux recteurs d'universités et aux bureaux internationaux au sein des établissements de 38 pays membres de l'EUA. 180 personnes ont répondu à l'appel, et les résultats obtenus sont pour le moins unanimes…

Pour accroître leur internationalisation, 30 % des universités ont comme priorité de renforcer leur attractivité auprès des étudiants étrangers.

Afin de continuer à accueillir ces étudiants étrangers, une loi de rénovation des statuts devrait voir le jour. Au programme : plus d'étudiants mieux sélectionnés et une augmentation des frais de scolarité.


Des pistes de réflexion

Malgré l'abrogation en mai dernier de la circulaire Guéant, à gauche on juge toujours l'image de la France très abimée. Cette circulaire restreignait pour des diplômés étrangers d'obtenir un statut de salarié en France après leurs études.

Pour que les étudiants étrangers n'aient plus autant de difficultés à faire renouveler leur visa, des réflexions sont en cours au sein du gouvernement.

"Les Echos" nous confie plusieurs pistes pour l'accueil des étudiants étrangers :

  • La mise en place d'un titre de séjour pluriannuel.
  • L'obtention simplifiée pour les étudiants, d'un "titre de séjour à vocation professionnelle pour travailler en France".


Qui seront ces étudiants étrangers ?

Le document du ministère, que c'est procuré "les Echos", pose clairement la question : "Un lien direct pourrait être réalisé avec les débouchés et les besoins de notre économie pour mettre en place un accès simplifié à notre marché du travail à l'issue des études », indique-t-il en évoquant une politique d'accueil conciliable avec "la promotion de la francophonie ou les intérêts internationaux des entreprises françaises"


Un système à points

Sur la question de la sélection des étudiants étrangers en fonction de leur pays d'origine, Manuel Valls ne tranche pas. Le document plaide "la participation active et renforcée à la formation des nouvelles élites, en particulier issues des pays émergents" au motif qu'elle est "devenue une condition de la compétitivité mondiale de la France".

La sélection pourrait s'établir sur un système de permis à points, qui arbitrerait les différents profils de jeune diplômé.


Des frais de scolarité plus élevés

D'après le ministère de l'intérieur le coût global de l'immigration estudiantine est de l'ordre de 2.9 milliards d'euros par année universitaire. Le ministère s'interroge sur le fait de savoir s'il faut ou non "rentabiliser davantage leur accueil et leur formation, en changeant par exemple les frais de scolarité".

Cette mesure serait étonnante, car d'après les universités interrogées par l'EUA, ce qui pèche en matière d'ouverture sur le monde, c'est le manque de moyens financiers octroyés aux stratégies d'internationalisation. Selon elles, l'Europe devrait aider financièrement ce processus. 39 % des universités veulent ainsi voir attribuer des bourses pour les étudiants. 88 % souhaitent la mise en place de fonds flexibles pour les échanges internationaux et européens. Enfin, 59 % considèrent qu'un support de l'Europe envers les facultés pour les échanges serait extrêmement bénéfique.

Crédits : © Kurhan - Fotolia.com

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis