Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

7 jeunes grimpent sur une grue pour obtenir un ...

7 jeunes grimpent sur une grue pour obtenir un emploi

Sept jeunes issus du 3ème arrondissement de Marseille et tous âgés d’une vingtaine d’années ont décidé de prendre en otage la grue d’un chantier de l’entreprise Eiffage qui n’avait pas retenu précédemment leurs CV.

03 Février 2015 à 10h52 | | 0 avis

jeunes, grue, Marseille, pauvreté, entretien, cv

Des candidatures recalées par le maître d’œuvre

Sept jeunes issus du 3ème arrondissement de Marseille ont grimpé sur la grue d’un chantier de l’entreprise Eiffage. Les jeunes avaient tous les sept postulé dans l’entreprise mais aucun de leurs CV n’avait été retenu par le maître-d’œuvre. Alors les jeunes ont choisi de tenter le tout pour le tout et de prendre « en otage » la grue du chantier pour montrer leur motivation au maître-d'oeuvre. Mais leur intrusion sur le chantier a causé la suspension de ce dernier le temps de les faire descendre et quitter les lieux.

Les jeunes réclament chacun un contrat de travail

Perchés à plus d’une vingtaine de mètres, les sept demandeurs d’emploi de l’extrême réclamaient chacun un contrat de travail, mais aussi « la garantie que les policiers ne les coffreront pas à leur descente », selon le témoignage d’une jeune femme présente pendant la scène. Ce n’était pas peine perdue puisqu’une fois descendus de la grue les jeunes ont chacun pu décrocher un entretien avec l’entreprise en question.

Issus du quartier le plus pauvre de France

Un chantier avait précédemment été bloqué à Félix-Pyat par une dizaine de jeunes qui avaient les mêmes attentes à savoir décrocher un poste avec un contrat à la clef. Nexity, l’entreprise victime de ces jeunes s’était alors engagée à leur fournir immédiatement trois postes puis les sept restants dans les mois à venir. Pour nos sept jeunes de Marseille, la situation est plus désespérée puisque selon une étude du centre d’observation et de mesure des politiques sociales (COMPAS) datant de 2014, le 3ème arrondissement de Marseille serait le plus pauvre de France avec un taux de pauvreté record de 55%.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis