La Conférence des Grandes Ecoles

La Conférence des Grandes Ecoles

Quel est le point commun entre HEC, l’EDHEC, ParisTech, l’EM Strasbourg ou encore Montpellier SupAgro ? Elles font toute partie de la Conférence des Grandes Ecoles (CGE), association d’établissements créée en 1973 et qui joue aujourd’hui un rôle majeur dans le rayonnement d’établissements français en Europe et à l’international. Qu’est-ce qu’une grande école ? Quel est le rôle de la CGE ? Quelles formations et actions a-t-elle mis en place ?

12 Décembre 2011 | digiSchool.fr | 0 commentaire

0 / 20

La Conférence des Grandes Ecoles

La Conférence des Grandes Ecoles en chiffres

216 grandes écoles et 14 établissements étrangers composent cette conférence dont les buts affichés consistent à promouvoir ces écoles, faire évoluer leurs formations et développer la recherche en France en général.

Regroupées en 3 types de formation, les écoles d’ingénieurs, de management, ou dites « spécialisées » bénéficient, grâce à cette appellation, d’une renommée rendue le plus souvent possible par de bonnes places dans les nombreux classements des grandes écoles.

Pour autant, toutes les écoles ou formations ne peuvent prétendre à intégrer la CGE ; la sélection « à l’entrée » étant l’une des plus difficiles.


Qu’est-ce qu’une Grande Ecole ?

Le terme « Grande école » est parfois mal utilisé, plus encore mal compris par les étudiants qui l’associent régulièrement au « concours des grandes écoles ». A la différence de ce dernier, la Conférence des Grandes Ecoles concernent avant tout un cadre administratif tout particulier de l’enseignement supérieur.

Dans un souci de prestige, toute école qui souhaiterait obtenir ce gage de qualité doit déposer un dossier de candidature révélant la qualité des formations proposées, des moyens à disposition, et du corps professoral entre autres. S’en suit un audit des structures de l’établissement et l’admission ou non de ce dernier par la commission administrative de la CGE.

Définie par la CGE elle-même, une grande école est un établissement reconnu par l’Etat, de taille humaine 300 à 4000 élèves), avec une forte sélection à l’entrée, une formation longue, une pédagogie « souple et évolutive » et une ouverture vers l’international.


Le Mastère spécialisé

17 entreprises (EDF, LVMH, Crédit Agricole, MAIF…) et 46 organismes composent également la CGE et ont permis la création d’un diplôme et d’une formation particuliers, le mastère spécialisé dont le but consiste à une spécialisation ou à une double compétence dispensées dans un programme spécifique.

Véritable « label de qualité » pour les étudiants, ce mastère permet ainsi d’accéder à un niveau intermédiaire entre le master et le bac+ 8. Clairement ouvert sur l’international, il se distingue du système LMD classique et connait des déclinaisons multiples en fonction des écoles. On peut citer pour seuls exemples les mastères spécialisés d’ « acheteur manager international » de l’EMLyon, de « connaissance et commerce international des vins » de l’école AgroSup Dijon, de Management des ressources humaines de l’ESSEC, ou encore celui de Gestion du patrimoine de l’ESC Toulouse.

Plusieurs conditions permettent de postuler à cette formation plus que reconnue : être titulaire d’un diplôme d’ingénieur ou d’une des écoles de Gestion de la Conférence, d’un diplôme de 3ème cycle, ou des titulaires d’une maitrise justifiant d’au moins trois ans d’expérience professionnelle.


Etudiant dans une Grande Ecole : les avantages

Faire partie d’une de ces écoles de management ou d’ingénieurs apporte à coup sûr un plus sur le C.V. Les employeurs continuant à recruter la plupart de leurs cadres dirigeants dans des écoles à très forte valeur ajoutée comme HEC, l’HEDEC et autre ENA.

Néanmoins si la forte demande reste constante, plusieurs voix s’élèvent sur la pertinence de ce statut privilégié. La sélection est-elle toujours aussi stricte ? Quels sont les chiffres exacts sur les doctorants sortants de ces écoles ?

Qu’importe, les chiffres sur le pourcentage de diplômés en activité restent très élevés, y compris ceux portant sur les étudiants ayant trouvé un emploi dans les 6 mois succédant l’obtention du diplôme.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis

Accéder directement au site